03 septembre 2010

ce soir on sort!...

Hier soir, je suis allée voir Julie Nioche.

C’est qui cette fille ?

Je l’avais déjà vue et elle m’avait déjà fortement impressionnée.

C’est pour cela que je suis allée la revoir.

C’est , oui, le même étonnement, la même surprise.

Imaginez une jeune personne qui aurait décidé de demander à son corps de n’avoir point de limites.

Dit comme ça on pourrait penser à des yogis indiens dans des postures improbables.

Non, ce n’est pas ça, on en est loin.

Moi, là, elle m’a fait penser à une gamine qui s’ennuierait un peu et qui commencerait à faire n’importe quoi avec une jambe, puis deux, avec son bras puis le corps entier et qui s’amuserait beaucoup à tester les limites.

Et nous, les spectateurs, on serait comme ses parents, ça nous énerverait un peu, on lui conseillerait de se calmer, puis on lui dirait qu’elle va se faire mal, si elle continue, oui c’est ça Julie, arrête, tu vas te tordre la cheville, tu vas tomber, te casser le bras ou la jambe. Mais elle , elle continue, elle explore d’autres contorsions, d’autres tremblements, d’autres déséquilibres, des sauts idiots qui semblent tomber à côté de là où elle le voulait.

Mais non, on sait bien que non, sale gamine, elle fait bien ce qu’elle veut. Et tout d’un coup elle se métamorphose en banderillera : pointes des pieds, bras levés, mains vers le bas, et puis hop, ça change, la voilà funambule sur un fil invisible, en équilibre précaire . Et puis elle peut bouder aussi, ou jouer à faire semblant de jouer avec les racines des arbres.

Ah oui, j’oubliais de vous dire ! On est dans un parc, il y a 5 guitares électriques qui sont chacune, l’une après l’autre, branchées sur une fréquence différente. Et, comme autre musique d’accompagnement, celle des trains, des voitures, des bus.

Pourtant on a le sentiment d’être totalement isolés, seuls avec Julie Nioche, pour un moment exceptionnel, dédié, rare.

Il se dégage de cette aparté une grande énergie, une liberté totale, une forme d’insouciance maîtrisée.

Je l’aime beaucoup cette sale gosse de la danse.

Retenez son nom : Julie Nioche.

DSC07313

                                                             DSC07315DSC07317


DSC07321

Suis pas très fière de mes photos, mais j'ai privilégié mon regard en direct.


Posté par Alberte-Marie à 07:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur ce soir on sort!...

    inattendu

    Trés bien décrit, si bien que ce n'est plus la peine d'aller la voir, sachant qu'on aura jamais l'occasion de la voir. trés sympa ce genre de pestacle. Oui je comprends on se régale. à d'autres.......

    Posté par Mireille de tour, 04 septembre 2010 à 13:51
  • retrouver julie nioche

    central park, ce spectacle de julie nioche créé à dijon au jardin de l'arquebuse pour le festival entre cour et jardins, sera à nouveau visible à versailles, au potager du roi dans la cadre du festival plastique danse flore le vendredi 17 septembre à 20h, précédé par ses non moins excellents spectacles Les sisyphes et Matter of Fact (entre cour et jardin 200.
    www.plastiquedanseflore.com
    ecej.fr

    Posté par fredb, 08 septembre 2010 à 18:26
Poster un commentaire